Les jeunes éloignés du sport n'y sont pas hostiles mais sont freinés par trop de contraintes © stock.adobe.com

Les jeunes éloignés du sport n'y sont pas hostiles mais sont freinés par trop de contraintes

Publié le  à 0 h 0

La pratique du sport et ses bienfaits sont reconnus par les Français, y compris par les jeunes : entre 16 et 25 ans, près de neuf jeunes sur dix pensent que les loisirs sportifs permettent d’être en bonne santé et de mieux vivre au quotidien. Pourtant, les précédentes vagues du baromètre de la pratique sportive réalisé par le CRÉDOC et l’UCPA (Union des centres sportifs de plein air) ont mis en évidence qu’un quart des 16-25 ans font peu ou pas du tout de sport. Un zoom sur les non-pratiquants et les pratiquants occasionnels a été réalisé en décembre 2019 pour le volet quantitatif et complété par un volet qualitatif en mars 2021 à l’issue de l’année 2020 marquée par la crise sanitaire. Les résultats remettent en cause l’idée reçue de jeunes volontairement éloignés, voire hostiles à toute activité physique. Les principaux motifs de leur non-pratique ou de leur faible activité physique sont des contraintes comme le manque de temps, l’absence d’équipements à proximité ou encore le coût trop élevé de la pratique sportive. Certains jeunes se disent isolés socialement, d’autres en mauvaise santé. De plus, la crise sanitaire a éloigné certains jeunes de l’activité sportive en générant surpoids et dépressions. Cependant, cette crise a aussi fait naître une envie de refaire du sport, ou d’en faire davantage, avant tout pour se sentir bien, pour être en bonne santé.

Votre avis

Forum des lecteurs : votre opinion, un témoignage, un avis, lancez un débat!